• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 18 novembre 2010
( 18 novembre, 2010 )

♥ S’enfermer dans sa bulle pour rêver … ♥

 ♥ S'enfermer dans sa bulle pour rêver ... ♥ a37tzmu2

 

 ‎ » Les larmes de tous les peuples sont de vraies larmes ;

les rêves de tous les sages renferment une part de vérité.

 Tout n’est ici-bas que symbole et que songe.  »

      Ernest Renan

( 18 novembre, 2010 )

Quand le monde sera devenu pur…

ainsiparlaitzarathoustracouv1235124009.jpg

…De ce jour-là, l’homme ne deviendra jamais vieux et ne

 mourra jamais; il ne s’altèrera jamais et ne pourrira

jamais. Toujours vivant, toujours croissant et maître

de son désir; quand les morts ressusciteront, quand la vie et

l’immortalité viendront, et que le monde sera restauré.

Après la fin des temps et le combat final entre le bien et le mal,

quand le SAOSHYANT (sauveur ultime), un descendant de Zarathoustra

lui-même, aura éliminé les armées d’Abriman.

Tiré de « ZOROASTRE »: puissions-nous être de ceux qui rendront ce monde splendide!

( 18 novembre, 2010 )

Pourquoi triste, Ô mon Âme ?

 Pourquoi triste, Ô mon Âme ? dans la vie 2160844937_1

La Vie, m’a tant brisée, que je ne peux plus crier,
Par l’injustice, la bétise, je me sens térassée, 
Et si voulant faire rire, je ne fais que blesser,
A quoi bon continuer d’avancer ?

 

           …………….

Pourquoi triste, ô mon âme
Triste jusqu’à la mort,
Quand l’effort te réclame,
Quand le suprême effort
Est là qui te réclame ?

Ah, tes mains que tu tords
Au lieu d’être à la tâche,
Tes lèvres que tu mords
Et leur silence lâche,
Et tes yeux qui sont morts !

N’as-tu pas l’espérance
De la fidélité,
Et, pour plus d’assurance
Dans la sécurité,
N’as-tu pas la souffrance ?

Mais chasse le sommeil
Et ce rêve qui pleure.
Grand jour et plein soleil !
Vois, il est plus que l’heure :
Le ciel bruit vermeil,

Et la lumière crue
Découpant d’un trait noir
Toute chose apparue
Te montre le Devoir
Et sa forme bourrue.

Marche à lui vivement,
Tu verras disparaître
Tout aspect inclément
De sa manière d’être,
Avec l’éloignement.

C’est le dépositaire
Qui te garde un trésor
D’amour et de mystère,
Plus précieux que l’or,
Plus sûr que rien sur terre,

Les biens qu’on ne voit pas,
Toute joie inouïe,
Votre paix, saints combats,
L’extase épanouie
Et l’oubli d’ici-bas,

Et l’oubli d’ici-bas!

Paul Verlaine 

|