( 24 novembre, 2010 )

Hymne à la TERRE

example2.gif

Elle enfante sans fin les fleurs qui durent peu ;
Les fleurs ne font jamais de reproches à Dieu ;
Des chastes lys, des vignes mûres,
Des myrtes frissonnant au vent, jamais un cri
Ne monte vers le ciel vénérable, attendri
Par l’innocence des murmures….

Elle ouvre un livre obscur sous les rameaux épais ;
Elle fait son possible, et prodigue la paix
Au rocher, à l’arbre, à la plante…

 Pour nous éclairer, nous, fils de Cham et d’Hermès,
Qui sommes condamnés à ne lire jamais
Qu’à de la lumière tremblante…

La terre fut jadis Cérès, Alma Cérès,
Mère aux yeux bleus des blés, des prés et des forêts ;
Et je l’entends qui dit encore :
Fils, je suis Démèter, la déesse des dieux …
dionysos90.jpg

Et vous me bâtirez un temple radieux
Sur la colline Callichore.

          Victor Hugo

1 Commentaire à “ Hymne à la TERRE ” »

  1. chamade1000 dit :

    Un beau texte de Victor Hugo
    Oui, la terre nous émerveille chaque jour.

    Dernière publication sur Mes émotions : A cette enfant que j'étais °°°°°

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|