• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010
( 22 novembre, 2010 )

♥ S’enfermer dans sa bulle pour rêver ♥

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit  » Que vous ayez rêvé d’un autre monde,

      ou que vous ayez rêvé de vous…

 c’est mieux que de ne pas rêver du tout ! « 

( 22 novembre, 2010 )

Les Livres

gxs3egu7.png

         «Je lis de vieux livres parce que les pages tournées de nombreuses fois et marquées par les doigts ont plus de poids pour les yeux, parce que chaque exemplaire d’un livre peut appartenir à plusieurs vies.»

02.gif 

         J’aime les livres.

Ce qu’ils sont, ce qu’ils nous apportent.

J’aime les livres neufs qui viennent de sortir a78712.jpg de l’imprimerie, qui sentent bon le papier, l’encre et qui ont une odeur de nouveauté.

Mais j’aime particulièrement les vieux livres, qui apportent avec eux tout le poids des vies passées. Un griffonnage, un nom en page de garde, un coin replié, des traces d’eau sur la tranche, un cerne de café ou de thé.

 L’histoire des livres nous invite au voyage, mais l’objet lui-même peut nous offrir un voyage à travers le temps. Parfois même à travers le monde…

                                  J’aime lire!

( 21 novembre, 2010 )

♥ S’enfermer dans sa bulle pour rêver ♥ « 

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

 

Les rêves sont les clés pour sortir de nous-mêmes. « 

 Georges Rodenbach

( 21 novembre, 2010 )

Les Enfants….

Les Enfants.... dans Rêves et désirs d'enfants petits_enfants

 

Pour tous les enfants du monde,
J’aimerais qu’en cette seconde
Toutes les boîtes à musique
Deviennent boîtes magiques.

Et qu’à jamais sur la terre
Disparaisse la misère
Et que partout à l’unisson
On fredonne cette chanson !

Noémie, de Montréal, 10 ans

( 21 novembre, 2010 )

Elle était déchaussée, elle était décoiffée …

 Elle était déchaussée, elle était décoiffée ... dans la vie 9o0hnvpo

 

 

Elle était déchaussée, elle était décoiffée,
Assise, les pieds nus, parmi les joncs penchants ;
Moi qui passais par là, je crus voir une fée,
Et je lui dis : Veux-tu t’en venir dans les champs ?

Elle me regarda de ce regard suprême
Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,
Et je lui dis : Veux-tu, c’est le mois où l’on aime,
Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ?

Elle essuya ses pieds à l’herbe de la rive ;
Elle me regarda pour la seconde fois,
Et la belle folâtre alors devint pensive.
Oh ! comme les oiseaux chantaient au fond des bois !

Comme l’eau caressait doucement le rivage !
Je vis venir à moi, dans les grands roseaux verts,
La belle fille heureuse, effarée et sauvage,
Ses cheveux dans ses yeux, et riant au travers.

Victor Hugo (1802-1885)

1...45678...17
« Page Précédente  Page Suivante »
|