• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 9 janvier 2011
( 9 janvier, 2011 )

Jongler

J o n g l e r   a v e c   l a   v i e

 

 Jongler dans la vie EN03_1

 

 

  Imaginez la vie comme un jeu dans lequel vous jonglez avec cinq balles. Vous pouvez les appeler : Travail – Famille – Santé – Amis – Esprit . Vous jonglez avec ces balles. Vous comprendrez vite que le travail est une balle en caoutchouc ; si vous la laissez tomber, elle rebondit. Mais les quatre autres balles, Santé – Famille – Amis – Esprit, sont en verre. Si vous en laissez tomber une elle va, à coup sûr, rester par terre, à vos pieds, se fendre, s’abîmer ou même être brisée, fracassée, détruite. Elle ne sera plus jamais la même.

Vous devez comprendre cela et être vigilant pour maintenir un équilibre entre chaque domaine de votre vie.

Comment ?

  1. Ne sous-estimez pas votre valeur en vous comparant aux autres. C’est parce que nous sommes tous différents que chacun de nous est spécial.  
  2. N’établissez pas vos buts en fonction de ce que les autres jugent important. Il n’y a que vous qui sachiez ce qui est important pour vous.  
  3. Ne considérez pas comme acquise les choses les plus proches de votre coeur. Accrochez vous à elles, comme si votre vie en dépendait. Sans elles votre vie n’a pas de sens.  
  4. Ne laissez pas votre vie vous glisser entre les doigts, en vivant dans le passé ou le futur. En vivant une journée à la fois, vous vivez TOUS les jours de votre vie.  
  5. N’abandonnez pas quand vous avez encore quelque chose à donner. Rien n’est jamais perdu tant que vous essayez.  
  6. N’ayez pas peur d’admettre que vous n’êtes pas parfait. c’est le fil fragile de notre imperfection qui nous relie les uns aux autres.  
  7. N’ayez pas peur de prendre des risques. C’est en prenant des risques qu’on apprend à être courageux.  
  8. Ne fermer pas votre vie à l’amour en disant que c’est imposible à trouver. Donner est la façon la plus rapide de recevoir l’amour. Le moyen le plus rapide de perdre l’amour, c’est de le retenir trop fort et le meilleur moyen de garder l’amour, c’est de lui donner des ailes.  
  9. Ne traversez pas la vie en courant si vite que vous en oubliez, non seulement d’où vous venez, mais aussi où vous allez.   
  10. N’oubliez pas que le plus grand besoin émotionnel d’une personne est de se sentir apprécié.  
  11. N’ayez pas peur d’apprendre. Le savoir n’a pas de poids, c’est un trésor que vous pouvez emmener partout avec vous.  
  12. Faites attention à ne gaspiller ni le temps ni les mots. Ni l’un ni l’autre ne peuvent êtres récupérés.  

La vie n’est pas une course mais un voyage à savourer pas à pas.

Hier c’est de l’histoire.

Demain est un mystère.

Aujourd’hui est un cadeau.

C’est pour cela qu’on l’appelle le présent  ».

Ce texte a été écrit par Brian DYON, PDG de la firme Coca Cola, et présenté lors d’un discours à l’occasion de la remise de diplômes dans une université américaine, le 6 septembre 1991.

( 9 janvier, 2011 )

L’Histoire des clowns Tantalou

 L'Histoire des clowns Tantalou dans Rêves et désirs d'enfants clowns

La magie du ciel a existé bien avant la terre. Il y a bien longtemps sur une belle étoile dorée très loin de la terre, vivait le Grand Magicien Tantalou. Ce pays merveilleux était magique, les animaux les arbres et les fleurs formaient une belle famille. Le soleil et les trois lunes dansaient chacun à leur tour; dans le merveilleux ciel bleu. Les petites étoiles aimaient l’étoile Magique du Magicien Tantalou pour toute sa splendeur.                

  Le Magicien Tantalou était très gentil et aimait beaucoup les enfants, mais il se sentait bien seul sur son étoile bien lointaine. Son étoile était si haute dans le ciel qu’il se demandait comment il pourrait rendre quelques enfants de la terre heureux.                   Un jour, le Grand Magicien Tantalou eut une merveilleuse surprise. Il découvrit dans un ancien livre de magie tout poussiéreux, une potion bien spéciale. Il découvrit la formule pour créer d’autres petits magiciens qui vivraient avec lui sur son étoile et qui pourraient rendre visite aux enfants de la terre. Il s’empressa alors de la préparer. Cette nuit là, alors que quelques lunes et petites étoiles s’étaient rassemblées dans le laboratoire du Magicien, le Grand Tantalou travailla très fort et fit naître une grande famille qu’il baptisa * Les clowns Tantalou *               

    Pour faire descendre les petits clowns sur la terre, le Grand Magicien Tantalou lança de la poudre d’astres entre son étoile et la terre et une grande échelle argenté apparut, traversant les nuages et le ciel. Le soir avant de te coucher si tu regardes attentivement le ciel tout noir, tu risques d’apercevoir l’étoile Tantalou. Tu sais c’est la plus brillante, la plus étincelante et la plus magnifique que tu n’aies sûrement jamais vu.

        

          Le grand Magicien Tantalou fut très heureux de la venue de ses nouveaux ami(e)s. Chacun d’eux porte un nom différent selon sa personnalité. Il y a entre autres Pantouf-touf qui est paresseux, Friandise qui est gourmande,  etc. Il y a des clowns grognons comme des mamans des fois, des clowns gentils comme les grands-papas et les clowns coquins, comme les tantes qui donnent des becs a pincettes! Ils sont tous plus beaux les uns que les autres. Tous les adorent.

     

             Encore aujourd’hui, les clowns sont des marchands de bonheur. Ils rendent les petits comme les grands heureux. Le rêve, la magie et l’imagination sont leurs outils de travail les plus précieux.

 

Ruth – Mélanie – Janie  

( 9 janvier, 2011 )

Histoire d’un clown …

Histoire d’un clown … balancingclown 

Une, parmi tant d’autres qui naissent et s’éteignent dans la griserie quotidienne.

Sans témoin occulaire. Car pourquoi regarder ?

 La plupart du temps, il ne se passe rien d’extraordinaire au milieu des cartons …

Rien de beau. Qu’un goût amer collé à la pupille.

Surtout quand le héros de l’histoire a décidé d’arrêter de rêver.

Mais que se passe-t-il quand il est soudain regardé?

Après l’étonnement, la surprise, la peur et le réconfort recherché dans l’étreinte serrée

 d’une petite boîte en bois, le clown s’approche.

Il rencontre. Il touche. Des nez, des mains, des cheveux, des oreilles.

 Et voilà que les idées naissent. Il tend une fleur à la plus belle.

Puis s’en retourne, timide et charmé. 

Un journal accroche ses pas. Imitation alors.

De ceux qui lisent leur journal, chaque matin.

 Parce qu’il faut savoir tout de même.

Sans se mouiller plus que leurs doigts qui trempent le bout de croissant quand une nouvelle les surprend.

Puis le journal se transforme en bateau et emporte le clown

et une belle dame sur l’air d’une valse musette.

C’est une journée particulière aujourd’hui.

Et cet être effacé, timide et maladroit, sent renaître ses rêves au fils des minutes qui coulent.

Il reprend goût au jeu.

À ses jeux quotidiens.

 Celui de la poubelle qui cachait du pop-corn, celui de la manche du joueur d’accordéon.

C’est avec des yeux rieurs à présent qu’il étale sa vie devenue théâtre.

Un cirque.

Les images tristes et grises se font poésie.

Le clown jongle au milieu d’une pluie de bulles…

Lynette De Paname

|