• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 30 janvier 2011
( 30 janvier, 2011 )

Page tournée

 Page tournée dans la vie 2401123529_1

 

Césure du Temps, 
J’ébarbe les pierres d’ombre,
La lumière s’y glisse
Au chemin des élans

Ô raison ineffable ! fondre
Fait donc, prémices
De renaissance à soi,
Zonage, arrimage au fond

Le coeur de joie se doit,
Comme une hirondelle
faire printemps au bond
peut, son chemin trouvant

« Va donc, déploie tes ailes »
Vert, Murmure à soi même,
Derrière mur heures blêmes,
Abysse contre courant.

Le vent m’emporte aux hier,
Entre un espoir d’avenir,
Fenêtre ouverte sur l’univers,
D’étoiles tapies au sourire…

Plus fort, plus loin,
Souffle de l’âme s’emmène
Là où il croyait trouver reine,
Déveine ! sortie du coin.

Plus fort, plus loin…
Plus las, se revoit silences
De glaces, poussé à l’errance,
Cherchant bras en faim

S’agenouille pour ramasser
Larmes de peau, frissons sourds,
De l’indifférences à un détour,
Les formes pour mieux oublier

Aujourd’hui en fin, la plume
Peut fermer les guillemets,
Laisser couler ses peurs,
Poussières enchaînées au sac

Elle s’est faite d’une vrille
Un guibre intérieur,
Pour conduire sa barque
En nocher tranquille

Pascal Lamachère – 11/10/2002

( 30 janvier, 2011 )

Proverbes et citations

 Proverbes et citations dans proverbes

 

« Soyons reconnaissants aux personnes qui nous donnent du bonheur ; elles sont les charmants jardiniers par qui nos âmes sont fleuries. »

 Marcel Proust

« Quand je me blottis dans ses bras , Morphée me fait rêver »

( 30 janvier, 2011 )

LA NOCE DES OISEAUX

 

  LA NOCE DES OISEAUX dans un mois , une saison concoursprintempswinner

 

 

Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Jonquilles, crocus ont bravé la fraîcheur du temps,
Que déjà, les oiseaux publient leurs noces dans le ciel.
Neiges et froidures sont parties :  » vive le Printemps !  »

 
Immense symphonie, où des millions de fleurs,
Se mélangent en un jour, aux bourgeons de velours
D’un coup de baguette magique : le ciel sort ses couleurs
Pour éblouir nos yeux, il devient troubadour.

 
Dans un ballet de cabrioles fantastiques
Les oiseaux dansent, s’accouplent et préparent leur nid,
Guidés par une force invisible et mystique,
Leur chant monte en hommage : au Maître de Symphonie.

 
Les oiseaux se sont embrassés sur les branches,
Et des angelots coquins ont ajusté leurs flèches…
Etrange ! tout ce que le Printemps en un jour change !

 
Les arbres se sont habillés de couleurs pastels,
Tandis que sous leurs branches les amoureux de mèche,
Se content fleurette quand roucoulent les tourterelles.

(Jean-Claude Brinette)

|