( 30 mars, 2010 )

La vie sur Terre

255791090906657754411089431024568641849704913405n.jpg

Les changements du monde vivant ont accompagné les transformations de la Terre.

La Terre s’est formée il y a environ 4,5 milliards d’années.


Les premières étapes de son évolution (diminution de la température de sa surface, formation des premières étendues d’eau) ont permis l’apparition de la vie, environ un milliard d’années plus tard.
 Les événements ayant affecté la surface de la Terre ont modifié les milieux et les conditions de vie : les peuplements ont changé. Les transformations géologiques et la succession des formes vivantes ont été utilisées pour subdiviser les temps géologiques en ères et en périodes de durée variable.image001.gif

                     

Bactéries : organismes simples, formés d’une cellule sans noyau et constituant vraisemblablement les premières formes de vie sur Terre.

 

Crise biologique : modification profonde apparue dans la faune et/ou la flore à une période donnée.

 

Ere : grande coupure du temps dans l’histoire de la planète Terre.

 

Calotte (glaciaire) : épaisse couche de glace recouvrant une surface donnée.

Inlandsi : glacier de grande épaisseur recouvrant des surfaces continentales du nord de l’Eurasie et du pôle

( 26 mars, 2010 )

Les caresses des yeux

18928590371.jpg

Les caresses des yeux sont les plus adorables ;
Elles apportent l’âme aux limites de l’être,
Et livrent des secrets autrement ineffables,
Dans lesquels seul le fond du coeur peut apparaître.
Les baisers les plus purs sont grossiers auprès d’elles ;
Leur langage est plus fort que toutes les paroles ;
Rien n’exprime que lui les choses immortelles
Qui passent par instants dans nos êtres frivoles.

Lorsque l’âge a vieilli la bouche et le sourire
Dont le pli lentement s’est comblé de tristesses,
Elles gardent encore leur limpide tendresse ;

Faites pour consoler, enivrer et séduire,
Elles ont les douceurs, les ardeurs et les charmes !
Et quelle autre caresse a traversé des larmes ?

Auguste Angellier 1er juillet 1848 28 février 1911

( 25 mars, 2010 )

« UN TEMPS DE CHIEN »

img2249.jpg

« La pie pencha la tête de côté et regarda la chose s’éloigner à travers la végétation dense du sous-bois. Si le froissement des broussailles indiquait que l’étrange apparition s’enfonçait bien dans une direction opposée à la sienne, elle patienta malgré tout encore un instant. Rassurée par le calme retrouvé, elle s’approcha en sautillant.
Arrivée à moins de deux mètres du corps inanimé, la pie émit un léger grincement et fit un bond en arrière… Rien.

 Pas un mouvement. Il lui sembla qu’elle n’aurait aucune résistance à attendre de ce mets de choix. Elle s’avança prudemment, plongea son bec dans les viscères du cadavre étalées sur le sol pour s’emparer d’un morceau encore chaud. Aussitôt elle projeta sa tête en arrière pour faciliter le passage de la viande dans son gosier.
Elle savait n’avoir que peu de temps avant que les autres charognards ne viennent lui disputer le corps déchiqueté de la femme… »

* Articles « UN TEMPS DE CHIEN ».

- Journal L’UNION :
« La Bretagne est sans conteste une terre d’écrivains. Il suffit pour s’en convaincre de passer quelques jours à l’ouest du Mont-Saint-Michel pour découvrir une multitude de maisons d’éditions proposant un nombre tout aussi impressionnant d’écrivains de talent. Cyrille Audebert est de ceux-là. Il vient de sortir « Un temps de chien », son nouveau roman, un polar bien noir mâtiné de légendes celtes

( 23 mars, 2010 )

Le risque

k0006744.jpg

Rire c’est risquer de paraître étourdi.
Pleurer c’est risquer de paraître sentimental.
Atteindre une autre personne c’est risquer l’intimité.
Laisser couler ses émotions c’est risquer de laisser paraître son vrai soi-même.
Parler de ses idées,de ses rêves devant les autres c’est risquer de les perdre.
Aimer c’est risquer de ne pas être aimé en retour.
Vivre c’est risquer de mourir.
Espérer c’est risquer le désespoir.
Essayer c’est risquer l’échec.
Cependant les risques doivent être pris.
Car le plus grand risque dans la vie c’est de ne rien risquer
L’individu qui ne risque rien ne fait rien, n’a rien, n’est rien : il a confisqué sa liberté
Seulement une personne qui ose prendre des risques est… LIBRE

( 19 mars, 2010 )

Dans la vie…

ajd9x1lk.png

« Notre grand tourment dans l’existence vient de ce que nous sommes éternellement seuls, et tous nos efforts, tous nos actes ne tendent qu’à fuir cette solitude. »

 Guy de Maupassant, extrait de « La solitude »

1...202122232425
« Page Précédente  Page Suivante »
|